Une ferme pour un architecte

Muttenz, CH

Ce lieu a toujours été un lieu productif. En effet, le bâtiment, qui héberge aujourd’hui les bureaux de Huesler Architekten et Oppenheim Architecture, sont un lieu de travail depuis 1743, date de la construction de cette ferme en plein centre historique à côté de l’église fortifiée St. Arbogast transformée par Beat Huesler. Suite à un concours lancé par cette commune située non loin de Bâle, l’architecte avait été retenu pour l’aménagement de cette imposante propriété.

Poursuivant une tradition datant de plusieurs siècles, un lieu de vie et un lieu de travail réunis dans l’ensemble de bâtiments. Celui-ci est composé d’une grange restaurée, d’une habitation collective de deux logements en copropriété, ainsi que d’une maison individuelle à l’emplacement de l’ancien couvert délabré.

L’ancienne grange est accessible depuis la Kirchplatz par une grande porte vitrée encadrée d’un arc de pierre en plein centre. Celle-ci conduit à travers une salle de conférence et de réunion directement, vers un univers de travail moderne à la dimension internationale. Depuis 2008, une étroite collaboration existe entre le bureau suisse et le bureau américain Oppenheim Architecture + Design de Miami, qui établit ainsi son bureau européen sur la Kirchplatz à Muttenz.

À l’étage, le bureau, à la structure claire et ouverte, s’étend sur quatre niveaux. La charpente originelle, maintenant peinte en blanc, évoque l’ancienne grange. Le passé rustique trouve son avenir dans un purisme qui semble tout à fait naturel. Des sideboards USM Haller de couleur gris-clair et blanc pur complètent la quinzaine de postes de travail agencés sur de longs bureaux et des îlots de réunion. Beat Huesler a porté son choix sur le mobilier USM, car il correspond à ses exigences en matière d’aménagement de bureau. L’architecte originaire de Münsingen ne tarit pas d’éloges : « Ils sont flexibles, modernes, intemporels ». Comme aménagement de base, il a acheté plusieurs meubles USM polyvalents qu’il a répartis dans le bureau.

Le corps de ferme de l’époque et le monde du travail d’aujourd’hui ont en commun la concentration sur l’essentiel et leur côté pragmatique. Là où, par le passé, les échelles reliaient entre eux les étages de la grange, Huesler a érigé un escalier blanc qui fend l’espace telle une sculpture. Et comme le travail intellectuel d’aujourd’hui nécessite plus de lumière que le travail physique de l’époque, de nouvelles ouvertures ont été créées lors de l’aménagement dans le pignon arrière de cet ancien bâtiment agricole qui, à l’origine, avait été construit pratiquement sans fenêtres.

Les vieux planchers, qui n’étaient plus assez solides pour la grange, ont pu être réemployés sur place en toute dignité. En effet, derrière la grange, Beat Huesler a construit sa maison familiale à l’emplacement de l’ancien couvert. Le nouveau bâtiment, de mêmes dimensions que le précédent, est habillé des anciennes planches grises de la grange qui ont été démontées, nettoyées et brossées.

L’habitation, d’une superficie de 300 m², s’étend sur trois étages. Pour la grange, il s’agissait de faire se rencontrer le monde du travail d’hier et celui d’aujourd’hui, tandis que le domicile de la famille de quatre personnes combine un design urbain contemporain avec les avantages d’une vie détendue à la campagne sous la forme d’espaces extérieurs et d’un jardin.

Avec son rez-de-chaussée, où les chambres des enfants s’ouvrent sur une cour intérieure, toute la maison se met au vert. La façade sur deux étages de l’espace salle à manger est entièrement vitrée. La longue table au plateau en bois de bateau asiatique recyclé, les chaises de Horgenglarus et la suspension de Flos semblent ne faire qu’un avec le coin repas dehors sur la terrasse.

La structure intérieure est déterminée par des éléments en chêne huilé créés par l’architecte, qui ne sont pas seulement des meubles, des éléments de cuisine ou de salle de bain, mais intègrent également les accès aux différentes pièces.

Les surfaces en bois généreuses, le revêtement de sol gris en dalles naturelles de Peperino Grigio et le mur du séjour en tuf de Slovénie avec sa cheminée se portent garants de l’harmonie dans le domicile privé.

« L‘atelier et la maison sont séparés physiquement », explique Beat Huesler, « même si ce n’est que par un peu plus d’un mètre. Mais ce seuil à franchir est important pour moi et ma perception du monde du travail et du milieu familial. »

Partager ce contenu
  • Share on Google+
  • Pinterest
  • Twitter
  • Facebook
  • E-Mail

USM Newsletter

Pour tout savoir sur les dernières nouveautés et événements

Bitte überprüfen Sie die Emailadresse

Bitte treffen Sie eine Auswahl

Bitte treffen Sie eine Auswahl

J'ai lu et accepte les conditions de protection des données personnelles en vigueur.*

Die Anmeldung konnte leider nicht durchgeführt werden. Bitte prüfen Sie Ihre Internetverbindung und/oder versuchen Sie es später erneut.

Merci de vous être abonné à la newsletter USM.

Merci de vous être abonné à la newsletter USM. Pour confirmer votre inscription, veuillez cliquer sur le lien présent dans l’email que vous allez recevoir. Vous pouvez nous retrouver également sur les réseaux suivants

Fermer